Cheap NFL JerseysCheap NFL Jerseys Universiades : Carla Arbez, surdouée du rugby - Sportslounge 
  • {l s='Promotions' mod='blockpermanentlinks'}
  • Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys China Wholesale Jerseys cheap ray ban sunglasses cheap hydro flask water bottle cheap kanken backpack cheap yeezy for sale cheap michael kors bags Cheap NFL Jerseys From China

    Written by: Featured Portrait Rugby Rugby à 7 Universiades de Naples 2019 Universitaire

    Universiades : Carla Arbez, surdouée du rugby

    Championne de France Universitaire de rugby à 7, la demie de mêlée de l’AS Bayonne, Carla Arbez, possède un sacré palmarès pour une athlète de 20 ans. Cet été, elle est revenue des Universiades de Naples avec la médaille d’argent.

    « Le souvenir le plus fou de toute ma carrière ? Les Universiades de Naples, et de loin ». Du haut de ses 20 ans, Carla Arbez possède une carrière à la fois bien remplie et prometteuse, dans un sport qu’elle affectionne depuis le plus jeune âge. « Tous mes potes garçons jouaient au rugby au primaire. Quand j’avais 7 ans, j’étais partie à un de leur entrainement, et je ne suis plus jamais repartie ». Douée, Carla monte en grade et se voit proposer de jouer avec des sections féminines. A 14 ans, elle rejoint les rangs des Poc’ettes à La Rochelle où elle reste pendant deux ans. Elle intègre ensuite le pôle espoir de Toulouse et, en parallèle, joue pour le club des Lionnes de Bordeaux. « J’avais un entrainement le vendredi soir et des matches le week-end. C’était parfois difficile de jongler entre les deux villes et même je dirais les deux vies. Mais j’aimais beaucoup, cela m’a permis d’être prête pour la fac ».

    Championne de France Universitaire

    A 18 ans, la jeune rugbywoman entame ses études en STAPS à Bordeaux et s’engage avec l’équipe de rugby universitaire, dirigée par Didier Soulié. En L2, elle décide de quitter les Lionnes de Bordeaux-Bègles pour intégrer l’équipe de Bayonne, qui évolue également en Top 16. Là encore, les aller-retours sont nombreux. « Je passe ma vie dans les transports (rires). Mais c’est quelque chose que je connais, et surtout, nous sommes super bien accompagnés à la fac de Bordeaux. On a un emploi du temps aménagé, un service d’accompagnement, des cours en ligne… Je n’aurais jamais pu valider mon année du premier coup à chaque fois sans cet accompagnement ». En universitaire, la Bordelaise termine deux fois vice-championne de France au SG Sevens, prestigieux tournoi de rugby à 7, avant de pouvoir enfin mettre la main sur le trophée en 2019 après un parcours exemplaire. « C’était magique, d’autant plus qu’à chaque fois, on avait joué Paris XIII en finale. On courait après ce trophée depuis si longtemps, c’était une vraie délivrance ».

    Naples, aventure unique

    A ces bons résultats en universitaire et en club (une demi-finale de Top 16 l’année dernière avec Bayonne), il faut rajouter les performances de la demie d’ouverture sous le maillot tricolore en fédéral. En 2016, Carla remporte le championnat d’Europe U18 de rugby à 7, avant de terminer 3e l’année d’après. Elle détient également quatre sélections en rugby à XV avec les U20. Une carrière presque XXL, déjà. Mais parmi toutes ces aventures, celle qui l’a marquée le plus, c’est Naples 2019. Présentes une semaine aux Universiades, Carla et ses partenaires tricolores se hissent en finale, après un match fou contre l’Afrique du Sud en demie. Epuisées, les Bleues affrontent le Japon quelques heures après, mais la médaille d’or leur échappe. « Je ne vais pas vous mentir, c’était une finale à sens unique. Les Japonaises étaient au-dessus physiquement, ce n’était pas une surprise. Des regrets ? Aucun. On a fait notre match, et, même si on n’est pas championne, on revient quand même avec une médaille d’argent qui fait plaisir ». Au-delà du sportif, Carla est marquée par l’expérience humaine des Universiades. Et c’est bien ce souvenir-là qu’elle gardera en tête toute sa vie. « C’est une aventure unique. On était logé sur un bateau de croisière et on avait des kinés à disposition. Pendant la compétition, on croise des sportifs de partout dans le monde, et on peut se balader entre deux matches pour voir tous les différents sports. On sent une véritable osmose entre les nations, c’est magique. Pendant la cérémonie d’ouverture, on défile devant un stade rempli, avec des drapeaux de partout dans le monde. Bref, Naples, c’est un souvenir qui restera gravé à jamais dans ma mémoire ».

    Connor Owens

    Étiquettes : , , , , , , , Last modified: 10 octobre 2019