Cheap NFL JerseysCheap NFL Jerseys Gymnastique Mathilde Drancé, toucher le ciel - Sportslounge 
  • {l s='Promotions' mod='blockpermanentlinks'}
  • Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys China Wholesale Jerseys cheap ray ban sunglasses cheap hydro flask water bottle cheap kanken backpack cheap yeezy for sale cheap michael kors bags Cheap NFL Jerseys From China

    Written by: Athlétisme Gymnastique Portrait Universitaire

    Mathilde Drancé, toucher le ciel

    Jeune fille saute à la perche

    Athlète polyvalente impressionnante, Mathilde Drancé est aussi douée sur les pistes d’athlétisme que sur les tapis de gymnastique. A 20 ans, cette étudiante en L3 de biologie possède déjà un palmarès plutôt abouti.

    On a parfois l’impression qu’il existe des athlètes surdoués qui seront bons dans tous les sports. C’est un peu le cas de Mathilde Drancé, étudiante en L3 de Biologie à l’Université de Bordeaux et férue de gymnastique, de trampoline et d’athlétisme (plus précisemment, de saut à la perche). C’est à l’âge de 4 ans que son histoire commence d’ailleurs, dans les salles de gymnastique. “Mes parents voulaient que je fasse du sport. Ma mère avait fait de la gym donc je pense que leur choix s’est rapidement porté là-dessus”. Très bon choix, il faut dire, puisque Mathilde en fera pendant 8 ans, tombant amoureuse de cette discipline. “C’est un sport à la fois individuel et collectif, ce que je trouve très intéressant. Ce que j’aime beaucoup, c’est la pluridisciplinarité impliquée, avec les différents agrès (sol, saut de cheval, poutre et barre parallèle, NDLR). C’est difficile de s’ennuyer avec autant de variété, surtout que la gymnastique, c’est un sport très compétitif, ce qui me motive énormément”.

    jeune fille sur un tapis de gymnastique exécutant une figure

    Saut de cheval, saut à la perche

    Plusieurs fois championne régionale pendant sa jeunesse, la gymnaste vit au rythme des entrainements, à hauteur de 10h par semaine. Mais à l’âge de 12 ans, Mathilde se lasse un peu de la pression sur ses épaules, et décide de changer. “Ma dernière compétition, c’était les championnats de France en équipe. Je me suis dit que c’était une belle de façon de finir, et d’essayer un autre sport pluridisciplinaire : l’athlétisme”. Sur les conseils de son entraineur, la bordelaise s’inscrit au club de Talence où elle fera notamment de la perche, du lancer de disque et de la course de haies. Une polyvalence qui lui va à merveille, surtout quand il s’agit de toucher le ciel : en saut à la perche, la néo-athléte accumule les titres de championne départementale et régionale. Elle participe même au championnat de France en cadette, avec en bonus un titre de championne interrégionale de 200m haies. Rien que ça.

    “Mon rêve ? Toujours pouvoir faire du sport”

    Aspirant à devenir vétérinaire, la bordelaise, entame une classe préparatoire et se voit obligée d’arrêter les activités physiques en 2e année. Un sacrifice difficile pour Mathilde. “Le sport représente tout pour moi, j’en ai besoin dans ma vie. C’était encore pire en prépa, puisque tu veux te vider la tête en allant à la piste, mais tu dois juste étudier, étudier et étudier”. Inutile de le préciser : une fois arrivée en L3 à Bordeaux, Mathilde se jette sur l’offre sportive de l’Université. A commencé par un nouveau sport. “J’ai vu qu’on pouvait faire du trampoline donc je me suis dit “pourquoi pas, j’ai déjà de très bons repères dans une salle de gym. C’était très sympa à découvrir, surtout que je respirais de nouveau après la prépa !”.

    Et bien sûr, l’étudiante de 20 ans, qui est allée au passage au Championnat de France Universitaire, ne se prive pas de retrouver d’autres sensations de jeunesse. “Cette année, je fais du trampoline et de l’athlétisme, et je me suis également inscrite en gymnastique. J’aime beaucoup en faire en universitaire car il a beaucoup moins de pression qu’en club. C’est vraiment un moment de détente, de fun, où je peux me vider la tête et profiter, tout simplement”. Une vie de sportive accomplie, que Mathilde souhaite poursuivre le plus longtemps possible. “Mon rêve de sportive ? On s’attend souvent à une réponse comme aller aux JO ou autre. Mais pour ma part, je souhaite juste toujours pouvoir faire du sport. C’est ce que j’aime et c’est ce qui me rend heureuse”.

    Connor Owens, sportslounge.fr

    Un portrait rédigé pour le Mag du Sport U / Ligue Nouvelle-Aquitaine du Sport Universitaire de Bordeaux.

    👉 Vous avez aimé cette histoire ? Rendez-vous dans la rubrique “portraits” pour retrouvez d’autres récits comme celui-ci.

    Étiquettes : , , , , , , Last modified: 6 avril 2020