Cheap NFL JerseysCheap NFL Jerseys Victor et Benjamin Pinthon : une rivalité fraternelle payante - Sportslounge 
  • {l s='Promotions' mod='blockpermanentlinks'}
  • Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys Cheap Jerseys China Wholesale Jerseys cheap ray ban sunglasses cheap hydro flask water bottle cheap kanken backpack cheap yeezy for sale cheap michael kors bags Cheap NFL Jerseys From China

    Written by: Portrait VTT

    Victor et Benjamin Pinthon : une rivalité fraternelle payante

    deux frères à côté à Bordeaux

    Fin janvier 2020, les deux frères Pinthon ont livré un sacré spectacle de VTT trial devant les 250 spectateurs des Trophées du Sport U. Sportslounge.fr vous raconte l’histoire de cette fratrie bordelaises compétitrices qui a plus que touchée au haut niveau de VTT crosscountry.

    “En y réfléchissant, c’est vrai que cette rivalité fraternelle nous a beaucoup apporté”. Les deux frères en rigolent, mais se rendent compte en même temps de la véracité de cette phrase. Dans le monde du VTT français, Victor et Benjamin ne sont pas loin d’être une référence, eux qui ont débuté d’une façon plutôt insolite. “Notre père faisait de la moto tout-terrain, mais c’est un sport dangereux, alors il a décidé de nous mettre sur un vélo”.

    A ce moment-là, Victor, l’ainé, avait 10 ans, et son frère Benjamin en avait 5. D’abord un loisir, le VTT est assez vite devenu une façon pour les deux athlètes de se surpasser, comme s’en souvient Benjamin. “Quand on habitait en Normandie, il y avait une côte pas loin de la maison que l’on appelait la “côte du chien”. L’objectif était de monter la côte à vélo, puis de faire la course. On s’entraînait comme ça, avant d’en faire en compétition”.

    Top 10 français de crosscountry

    Talentueux, les deux frères Pinthon participent à leurs premières compétitions Ufolep, (une fédération multisports) et raflent très vite toutes les médailles. Après un déménagement à Agen, Benjamin et Victor s’inscrivent en club. Là encore, la fratrie revient tous les week-ends avec des titres en crosscountry grâce à leurs qualités physiques supérieures. Mais les choses deviennent vraiment sérieuses quand les deux, à 8 et 13 ans, s’essaient à la FFC (Fédération Française de Cyclisme), qui ouvre la voie à l’échelon régional et national. “C’était un sacré changement”, se souvient Victor, aujourd’hui étudiant en M1 à l’IAE de Bordeaux. “C’est vraiment un niveau supérieur à chaque palier, mais c’est ce qu’on aime tous les deux. Plus la compétition est féroce mieux c’est”.

    Dès leur première année, les deux compétiteurs gagnent tout, notamment le TRJV (Trophée Régional des Jeunes Vététistes), qui donne accès à la compétition nationale. Une ligne de plus sur le CV qui les voit affronter les meilleurs français. “Sur le départ, en crosscountry, tu pars avec 200 compétiteurs, les meilleurs du pays. On finissait souvent dans le top 10, ce qui nous a permis de faire plusieurs Coupes du Monde”. Mais le grand frère en revient tout de même à une certaine réalité. “Le VTT, c’est notre passion, mais à moins d’être parmi les trois meilleurs français tu peux difficilement en vivre, et encore…”. Une phrase que le cadet, étudiant en L2 éco-gestion, finira. “C’est dommage, si on avait le talent équivalent en foot, on serait millionnaire !”

    VTT Trial

    deux frères Pinthon pendant un spectacle de vtt trial à Bordeaux

    Si les frères Pinthon n’en feront pas leur gagne pain, ils restent tout de même très proches de leur passion. On a d’ailleurs pu les apercevoir sur la scène des Trophées du Sport U fin janvier, en pleine prestation de trial, une des trois épreuves de VTT avec la descente et le crosscountry. “C’est Nicolas Dastor (professeur d’EPS à DSPEG) qui nous a mis sur le coup. On avait déjà fait quelques spectacles, mais pas devant 300 personnes comme ça”, raconte Benjamin, avant que son frère ne poursuive. “En réalité, on avait tous les deux le trac avant de monter sur scène, mais une fois en place, il n’y avait que nous et le VTT. C’était vraiment une expérience dingue”.

    Un show réussi aussi, faut-il le dire, grâce à la complicité des deux frères compétiteurs. “Oui, c’est sûr qu’on se suit beaucoup”, avoue Benjamin. “On a la même passion pour le VTT et la compétition. Au final, on se tire entre nous”. “Pas question cependant de laisser l’autre gagner. “En un contre un par contre sur la piste, pas de quartier, c’est chacun pour sa peau !” sourit le cadet. Une rivalité fraternelle saine à laquelle cette fratrie hors du commun n’échappe pas, et qui les a clairement aidé à atteindre les sommets dans leur discipline.

    Connor Owens, sportslounge.fr

    Un portrait rédigé pour le Mag du Sport U / Ligue Nouvelle-Aquitaine du Sport Universitaire de Bordeaux.

    👉 Vous avez aimé cette histoire ? Rendez-vous dans la rubrique “portraits” pour retrouvez d’autres récits comme celui-ci.

    Last modified: 17 mars 2020